Mon site n'est pas référençable !

6 octobre 2020

Visuel

Ce fut la première phrase de notre client il y a quelques mois. « On » lui avait dit que son site n’était pas référençable. Un constat sans appel.

Tout d’abord, il va être très important de mettre certains éléments au clair :

Premier point : à moins d’avoir créé un site en flash, tout site est potentiellement « référençable ».

Deuxième point : oui, même les sites sous Joomla sont référençables (mais son créateur doit haïr son prochain à juger par le fonctionnement de son CMS).

Troisième point : il n’y a rien de magique.

Comment avez-vous réussi à développer la visibilité de ce site sur les moteurs de recherche ?

Je vous remercie d’avoir posé cette question très pertinente.

Lorsque nous avons été intégrés dans le projet, nous souhaitions savoir ce qu’il clochait sur ce fameux site. Alors nous avons lancé 3 phases clés pour accompagner au mieux le référencement dudit site.

1. L’audit technique

L’audit technique consiste à identifier les points faibles d’un site internet (ou trous dans la raquette en jargon Björn Borg). Les éléments d’attention peuvent concerner soit des pages en no-index (l’ordre pour dire aux moteurs de recherche de NE PAS INDEXER une page), soit des contenus en double, soit des structures de pages non adaptées ou simplement des balises SEO vides.

Ce premier audit nous a permis d’identifier un grand nombre d’actions à entreprendre tels que : créer un sitemap (un plan de site utilisé pour que les moteurs de recherche, Google, sache ce qu’il peut ou ne peut pas enregistrer), utiliser des mots clés en lien avec les services proposés ou encore créer des textes compréhensibles par des êtres humains.

2. Réfléchir au plan d’action

Ok, nous savons maintenant ce qui ne va pas sur ce site. Mais agissons avec méthode, il n’est pas question de faire pour défaire et refaire.

Tout d’abord, il est important de corriger les problèmes critiques tel que la création d’un sitemap (permet de bien identifier les pages à indexer), corriger les pages contenant des textes soit trop courts, soit trop similaires, etc.

L’autre étape à intégrer dans le plan d’action est l’identification des mots clés. Eh oui ! Quand on optimise des contenus, autant le faire avec les bons termes.

La dernière étape étant de planifier les actions. La méthode permettant d’avancer rapidement et de manière efficace.

3. Analyse des actions

Une fois les différentes actions menées, il ne restait plus qu’à vérifier que tout était « propre », et surtout de voir les impacts sur la visibilité du site.

Pour info, avant l’optimisation, le site était visible sur 36 occurrences et récupérait entre 0 et 1 lead par mois. Bref, peut mieux faire…

3 mois plus tard :

  • 116 mots clés positionnées
  • Une dizaine de leads par mois issus du SEO
  • +60% de visites en provenance du référencement naturel

Conclusion

Nous conseillons d’analyser l’existant avant de « tout casser » et optimiser l’existant. Cela a deux avantages, tout d’abord, cela permet de renforcer le site existant, et ensuite, cela permet de gagner du temps pour bien préparer le projet de refonte de site. Cette dernière ne doit pas être lancée dans la précipitation sous peine de rater des points clés et de finalement concevoir un site non adapté aux besoins et enjeux business.

Vous souhaitez échanger sur le sujet, demandez à Paulette.